top of page

Métiers de l'immobilier : quelle formation choisir ?

BTS professions immobilières, licences professionnelles, écoles de commerce ou spécialisées... Du bac+2 au bac+5, plusieurs cursus préparent aux métiers de l’immobilier dans notre région. Voici un article du Dauphiné Libéré pour vous guider dans votre choix, dans lequel Élodie MAUGÉ, Présidente et Co-fondatrice de l'agence MAUGÉ Immobilier et intervenante à l'EFAB Lyon, sur le Campus de Sciences U à été interviewée.



Transactionnaire, gestionnaire locatif, syndic, expert immobilier, responsable de programme immobilier, développeur foncier, marchand de biens, conseiller en patrimoine immobilier... Ouvert à de nombreux profils, le secteur de l’immobilier englobe une grande variété de métiers. Tous nécessitent une solide formation technique et juridique. « Beaucoup de jeunes rêvent de faire de la transaction, pensant ainsi gagner facilement beaucoup d’argent. Ils ne voient pas tout le travail et la technicité que cela nécessite. Il y a ce que l’on voit à la télé et la réalité », insiste Johan Didier-Vial, 32 ans, gérant du cabinet immobilier France SD à Corenc (38). Pour se former au métier, il a intégré le BTS professions immobilières du lycée Louise-Michel de Grenoble à l’issue de sa licence en droit. « Le BTS professions immobilières (PI) constitue une bonne porte d’entrée », assure l’agent immobilier. Depuis 2021, le professionnel forme même en « droit et veille juridique » les premières années de ce cursus bac+2.


D’autres formations en lien avec le droit et le commerce (BTS notariat, BTS comptabilité & gestion, BTS négociation et digitalisation de la relation client, BUT carrières juridiques parcours patrimoine et finance...) permettent également d’accéder au secteur. Mais le BTS PI reste le « diplôme phare qui ouvre la voie à la profession et permet d’obtenir les cartes professionnelles nécessaires pour exercer à son compte dans trois branches spécifiques, la carte T pour la transaction, la carte G pour l’administration de bien-gestion et la carte S pour le syndic », souligne Élodie Maugé, cofondatrice de l’agence Maugé Immobilier (Luzinay, 38), lauréate 2022 au Palmarès de l’immobilier et la référente formation de la Fnaim 38.



Beaucoup de BAC STMG en BTS PI


Le BTS PI s’effectue en deux ans après un bac général, technologique ou professionnel. « Nous avons beaucoup de titulaires de bac technologique. Nous leur ouvrons 12 de nos 24 places. Et beaucoup viennent du bac STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) », précise Anissa Bakkas, professeur référente du BTS PI du lycée Alain-Borne de Montélimar. « C’est effectivement le bac le plus fréquent pour les élèves de la filière technologique, confirme Jean-Christophe Lévèque, responsable du BTS PI du Centre de formation professionnelle (CFP) Les Charmilles à Saint-Martin-d’Hères (38). Côté pro, ils viennent plutôt avec un bac métiers du commerce et de la vente, métier de l’accueil ou de gestion des organisations (AGOrA) ».


L’inscription à ces BTS, qu’ils soient dispensés dans un établissement public ou privé, s’effectue pour les bacheliers sur Parcoursup. « Mais, au final, pour des cursus en apprentissage comme le nôtre, c’est l’entreprise tutrice qui choisit », rappelle Marie Deixonne, directrice déléguée aux formations professionnelles et technologiques du lycée Louise-Michel. C’est aujourd’hui le seul établissement public de l’académie de Grenoble à proposer le BTS PI en apprentissage. Celui du lycée Saint-Exupéry à Valserhône (nouvelle commune de Bellegarde-sur-Valserine) dans l’Ain est également ouvert à l’apprentissage (depuis 2015) mais l’établissement dépend de l’académie de Lyon.



Poursuivre en études spécialisées


Dans les établissements privés, les inscriptions peuvent aussi s’effectuer en direct, sur dossier et entretien de motivation. Tous, privés comme publics, vont devoir adapter leur cursus au nouveau référentiel du BTS PI finalisé fin 2023. Modifier notamment le contenu des matières professionnelles. « La répartition des compétences a été revue afin d’accorder une place plus importante et plus explicite aux activités de location et de gestion de copropriété. Et les activités liées à la vente sont approfondies sur la partie conseil pour le vendeur et l’acquéreur », précise Françoise Mauris-Graux, directrice déléguée aux formations professionnelles et technologiques du lycée Tom-Morel d’Annecy. Son BTS PI est tout nouveau : il a ouvert à la rentrée 2022 avec 14 jeunes. Ceux qui sortiront en 2024 poursuivront-ils leurs études comme nombre de diplômés du BTS PI ? « Chez nous, 80 % le font. En général dans l’immobilier ou pour s’ouvrir à d’autres secteurs comme la banque, les assurances...», indique Marie Deixonne.


« Cette poursuite d’études permet de se spécialiser sur un métier, d’acquérir plus d’outils et de connaissances. Plus de maturité et de crédibilité aussi. Ce sont des métiers d’expérience qui exigent des connaissances techniques et juridiques, mais aussi une bonne culture générale et de la persévérance », explique Ado Mako, présidente de la commission formation de la Fnaim des Savoie. Certains se spécialisent en évaluation ou en promotion immobilière, d’autres en patrimoine immobilier et financier, en droit de l’immobilier, en management... « Si l’on aspire à prendre des responsabilités, mieux vaut continuer », assure Sébastien Cartier, président de la Fnaim des Savoie. De multiples cursus post-BTS existent aujourd’hui, permettant l’obtention d’un diplôme national reconnu par l’État (licence, licence professionnelle, master) ou d’un titre inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) (bachelor, mastère, MBA).



Une majorité de cursus en alternance


Créée voilà 17 ans à Annecy, l’École By CCI Haute-Savoie propose par exemple la seule licence professionnelle transaction et gestion immobilière de l’académie de Grenoble, un cursus d’un an mis en place avec l’Université Savoie Mont Blanc. Sur son campus de Grenoble, le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) décline certains cursus de l’Institut de la construction et de l’Habitat (ICH), école référence en immobilier. Ces programmes spécialisés s’effectuent souvent en alternance. « C’est un très bon moyen de se former efficacement et d’être rapidement opérationnel » estime Sébastien Cartier. Labellisées “Entreprise apprenante” depuis six mois, les agences Bouvet-Cartier (Ambilly, Annemasse, 74) qu’il codirige accueillent actuellement cinq alternants post-bac. L’alternance se déploie aujourd’hui sur presque toutes les formations. Dès le bac+2.

« L’expérience acquise sur le terrain est déterminante en immobilier et l’alternance est la clé d’entrée dans la vie active », assure Jean-Christophe Lévèque. Depuis septembre 2023, le BTS PI des Charmilles ne s’effectue d’ailleurs qu’en apprentissage.



Pour lire cet article en intégralité, rendez-vous ici !

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page