top of page

Frais et dépenses : quelle différence entre charge vendeur et charge acquéreur ?


Lors d'une transaction immobilière, il est essentiel de comprendre les différences entre les charges vendeur et les charges acquéreur. Ces termes sont souvent utilisés pour désigner les frais et dépenses qui incombent respectivement au vendeur et à l'acheteur lors de la vente d'un bien immobilier.


La connaissance de ces charges est cruciale pour les parties impliquées, car elle leur permet de comprendre leurs obligations financières et d'éviter les confusions ou les désaccords. Dans cet article, nous explorons en détail la distinction entre les charges vendeur et les charges acquéreur, en examinant les types de frais courants associés à chaque partie et en soulignant la manière dont la répartition des charges peut varier en fonction des pratiques locales et des accords spécifiques.

Les différentes charges pour le vendeur


Les charges vendeur désignent les frais et dépenses engagés par le vendeur lors de la vente d'un bien immobilier.



Voici quelques exemples courants de charges vendeur :


  • Frais d'agence immobilière : si le vendeur mandate une agence immobilière pour la vente de son bien, il doit généralement payer des honoraires à l'agence, qui sont généralement calculés en pourcentage du prix de vente.

  • Diagnostics obligatoires : avant la vente, le vendeur est tenu de fournir certains diagnostics techniques obligatoires, tels que le diagnostic de performance énergétique (DPE), l'état des risques et pollutions, le diagnostic amiante, le diagnostic plomb, etc. Ces diagnostics engendrent des coûts pour le vendeur.

  • Frais de copropriété jusqu'à la date de vente : si le bien vendu est situé dans une copropriété, le vendeur doit régler sa part des charges de copropriété jusqu'à la date de la vente. Il sera également redevable des frais pour éditer le pré-état daté (pour le compromis) et l’état daté (pour la vente)

  • Travaux de mise en conformité demandés par l'acheteur : dans certains cas, l'acheteur peut demander au vendeur d'effectuer des travaux de mise en conformité avant la vente. Les coûts de ces travaux sont alors à la charge du vendeur.


Charges acquéreur : définition et exemples


Les charges acquéreur font référence aux frais et dépenses supportés par l'acheteur lors de l'acquisition d'un bien immobilier.



Voici quelques exemples courants de charges acquéreur :


  • Frais de notaire (droits de mutation) : les frais de notaire comprennent les droits de mutation, également appelés "frais de notaire", qui sont calculés en pourcentage du prix de vente. Ces frais sont perçus par le notaire pour le compte de l'État et des collectivités locales. Ces frais inclus également la rémunération du notaire (environ 1% du prix de la transaction)

  • Frais d'enregistrement : certains actes, tels que l'acte de vente, doivent être enregistrés auprès des services fiscaux. L'acheteur est responsable des frais d'enregistrement liés à ces actes.

  • Frais de garantie hypothécaire ou caution bancaire : si l'acheteur contracte un prêt immobilier pour financer l'achat du bien, il peut être nécessaire de mettre en place une garantie hypothécaire ou une caution bancaire. Ces frais sont à la charge de l'acquéreur.

  • Frais de courtage éventuels : si l'acheteur a fait appel à un courtier en prêts immobiliers pour obtenir son financement, des frais de courtage peuvent être facturés. Ces frais doivent être pris en compte par l'acquéreur.

  • Frais liés à l'obtention d'un prêt immobilier : en plus des frais de garantie, l'acheteur peut également supporter des frais liés à l'obtention de son prêt immobilier, tels que les frais de dossier, les frais d'assurance emprunteur…



Répartition des charges entre vendeur et acquéreur


La répartition des charges entre vendeur et acquéreur peut varier en fonction des pratiques locales et des accords spécifiques entre les parties impliquées dans une transaction immobilière. Bien que certains principes généraux existent, il est courant de négocier et de personnaliser la répartition des charges en fonction des circonstances particulières.


Voici quelques exemples de variations possibles :


  • Frais d'agence immobilière : en général, les frais d'agence sont à la charge du vendeur. Cependant, dans certaines régions ou en fonction des spécificités, il peut arriver que les frais soient partagés entre le vendeur et l'acquéreur, ou que l'acquéreur assume l'intégralité de ces frais. Cette notion de ‘’charge Vendeur’’ ou ‘’charge Acquéreur’’ se doit d’être inscrite au mandat de vente, en amont de la commercialisation.

  • Frais de copropriété : la répartition des frais de copropriété jusqu'à la date de vente peut être sujette à des arrangements spécifiques. En règle générale, le vendeur paie l'intégralité des frais jusqu'à la vente. Néanmoins, les parties peuvent convenir d'une répartition des frais entre elles selon le cas.

  • Travaux demandés par l'acheteur : les travaux de mise en conformité ou les réparations demandés par l'acheteur peuvent faire l'objet de négociations quant à leur prise en charge. Il est possible que le vendeur accepte de les réaliser avant la vente, ou que l'acquéreur les prenne en charge ultérieurement.


Il est important de souligner que ces exemples ne sont pas exhaustifs et que la répartition des charges peut varier en fonction des usages locaux, des coutumes régionales et des accords spécifiques entre les parties.



Il est recommandé de documenter et de clarifier tous les accords concernant la répartition des charges en amont de la signature d’un compromis ou d’une promesse de vente, afin d'éviter toute ambiguïté ou litige ultérieur. Il est toujours préférable de consulter un professionnel de l'immobilier ou un notaire pour obtenir des conseils adaptés à votre situation particulière.

103 vues0 commentaire

コメント


bottom of page